News overview

> to news overview

Visite de Boč dix ans après !

August 9th 2016

En 2002 – 2003, j’ai aidé les responsables d’une aire protégée slovène à traiter du problème de menaces que posaient les visiteurs de la biodiversité du parc paysager montagneux de Boč. Après de longues discussions, ils avaient décidé d’une orientation stratégique visant à aborder une seule menace (le piétinement de la plante Pulsatilla Grandis) pendant un événement précis (la fête du 1er mai). Voir l’histoire en encadré.
Boc story
Il y a de cela cinq ans, je suis reparti sur les lieux. Simona Kaligaric m’a promené et expliqué que depuis 2002, l’événement du 1er mai est géré chaque année de manière plus efficiente par la mairie. La communauté prend réellement soin du site maintenant. Par exemple, l’Association des Chasseurs a décidé de transformer son champ de maïs adjacent en pâturage. Ils craignaient que l’engrais qu’ils utilisaient pour le maïs ne dégrade le sol sur lequel pousse la Pulsatilla.“Cette expérience a changé ma vie professionnelle”, avait déclaré Simona à cette époque. “Quitter mon bureau pour aller échanger avec les gens sur le terrain a certainement compliqué davantage ma vie, mais cela m’ a aussi apporté plus de succès.”
La semaine dernière par un samedi ensoleillé du mois de septembre (2013) – cela fait maintenant dix ans après le projet – je suis reparti à Boč. Et une fois de plus, Simona m’a promené pour me montrer les lieux. Quand nous sommes arrivés au pied de la montagne à la lisière du village, nous avons vu des voitures joliment stationnées dans un parking. “Oui” a dit Simona, “Aujourd’hui, le comportement responsable n’est pas réservé seulement pour le 1er mai. Tout au long de l’année, beaucoup de gens utilisent les pistes pour grimper sur la montagne à travers la forêt dense. Ces pistes à travers une nature hostile ont été l’une des initiatives de la société des alpinistes suite à notre projet. Ils s’occupent aussi des chemins ici.

IMG_2287Boc 2013
Quand nous sommes allés dans l’auberge de la montagne, nous avons vu encore plus de voitures stationnées sur un petit parking. Aucune voiture n’était stationnée ‘dans la nature’ comme cela se faisait dix ans auparavant. Un groupe de personnes venues d’une ville voisine était en train de faire du karaté sur un terrain. “Regardes derrière eux”, me dit Simona, “il y a un terrain de basket que nous avons construit il y a de cela dix ans – il est encore aujourd’hui géré par l’auberge et utilisé par des groupes de jeunes qui viennent ici pendant l’année. En réalité toutes les installations, par exemple, les endroits réservés aux feux de camp et au camping que nous avons aménagés pour la fête du 1ermai sont aujourd’hui utilisés tout au long de l’année. Et les gens assument leurs responsabilités : l’Association des chasseurs tond le champ de pulsatilla chaque année pour éviter une excroissance. Les mairies montrent un intérêt positif.”

“Je ne suis moi-même pas venue ici depuis quelques temps étant donné que j’ai été nommée chef de notre bureau à Maribor. Mais je suis toujours surprise de voir à quel point tout fonctionne bien quand on définit les objectifs de communication de manière appropriée. Nous avions l’habitude de réfléchir dans le sens général de l’agriculture ou de la biodiversité en croyant aborder des problèmes de conservation. Nous savons maintenant que nous devons être plus concrets et commencer à petite échelle. Une fois que vous avez identifié un problème concret, vous pouvez définir les parties prenantes, trouver des leaders d’opinion et les écouter pour voir comment ils peuvent faire partie de la solution.” Nous sommes ensuite allés sur les deux sites de Pulsatilla Grandis. J’ai remarqué que Simona n’utilise plus le nom latin, elle utilise maintenant le nom local : Fleur Orientale. “La Fleur Orientale se porte bien, beaucoup mieux qu’il y a de cela dix ans et nous espérons que son habitat va lentement s’étendre.”

Leave a Reply